Comparatif des meilleurs logiciels de comptabilité (MàJ %%currrentyear%%)

Les logiciels de comptabilité sont de plus en plus nombreux sur le marché, ils aident véritablement les entrepreneurs en leur faisant gagner du temps et en leur apportant une sécurité certaine. En ligne ou téléchargeable, comparez les tarifs, les offres, et faites le meilleur choix de logiciel de comptabilité en fonction des besoins de votre entreprise. Suivez le guide.

Aucun avis à afficher.

Tentez votre chance dans les menus de navigation ou faites une recherche.

Notre sélection des meilleurs logiciels de compta pour TPE, PME et indépendant

Quickbooks 5 € HT/mois (Simple Start), 14,50 € HT/mois (Essentials), 24,50 € HT/mois (Plus)

Indy (ex Georges) 20 € HT/mois (Professions libérales à l’IR), 49 € HT/mois (Entreprises à l’IS)

Sage 9 €/mois (Compta & Facturation Start), 25 €/mois (Compta & Facturation)

Sellsy 40 € HT/mois

Axonaut 44,99 € HT/mois (30 % de remise pour un an, 40 % de remise pour deux ans)

macompta.fr 13,90 € HT/mois (17 % de remise pour un an)

Evoliz 14 € HT/mois (17 % de remise pour un an Smoothie Banane) et 30,00 € HT/mois (17 % de remise pour un an Banana Split)

Freebe 11 € TTC/mois (27 € TTC/trimestre et 84 € TTC/an)

Pennylane Tarif sur devis

Ipaidthat 36 € HT/mois (Collecte), 49 € HT/mois (Essentiel), 79 € HT/mois (Pro), 129 € HT/mois (Pro +)

NeedMe 5 € HT/mois

Sinao gratuit (Free), 12 € HT/mois (Start), 25 € HT/mois (Standard), 50 € HT/mois (Pro)

Debitoor 6 € HT/mois (33 % de réduction sur un an) (XS), 10 € HT/mois (20 % de réduction sur un an) (S), 15 € HT/mois (20 % de réduction sur un an) (M), 30 € HT/mois (20 % de réduction sur un an) (L)

Itool 12 € HT/mois (Start), 19 € HT/mois (Business), solution sur-mesure (Premium)

KoalaME Gratuit

Comptastart 49 € HT/mois

Sellsy Comptabilité 50 € HT/mois (20 % de remise sur un an)

Cegid Tarif sur devis

EBP Auto-Entrepreneur 24 € HT/mois (Logiciel Comptabilité ACTIV)

Sage 50c Ciel 25 € HT/mois (Essentials), 79 € HT/mois (Standard)

Self-med 9,90 € TTC/mois (Standard), 39,90 € TTC/mois (Premium), 54,90 € HT/mois (Premium)

Dolibarr gratuit

Zoho 30 € HT/employé/mois ou 75 € HT/utilisateur/mois

ZEFYR 10 € HT/mois (0-12k € de CA), 20 € HT/mois (12-50k € de CA), 30 € HT/mois (50-100k € HT, 40 € HT/mois (100-200k € de CA).

JePilote 3,40 € HT/mois (Starter), 12,90 € HT/mois (Pro), 19,90 € HT/mois (Business)

ComptAÉ gratuit

Odoo gratuit

EBP à partir de 24 € HT/mois (Logiciel Comptabilité ACTIV), à partir de 38 € HT/mois (Logiciel Comptabilité PRO), sur devis (Logiciel Comptabilité ELITE)

Cogilog Compta à partir de 240 € HT

Logiciel de comptabilité : comment bien le choisir ?

Qu’est-ce qu’un logiciel de comptabilité ?

Le processus comptable consiste en une série d’opérations d’usage, parmi lesquelles l’édition de devis ou de factures, et qui s’achève par la production d’un bilan comptable, d’un compte de résultat et d’une annexe générale. Un logiciel de comptabilité apporte une solution logicielle à cette problématique, en automatisant un certain nombre de tâches dans une interface où chaque élément trouve sa place, et se connecte facilement aux autres. Différents logiciels de comptabilité existent, des SaaS aux ERP, en passant par les logiciels classiques à installer.

Pour utiliser un logiciel classique à télécharger, il faut acheter une licence. Son coût est en général assez conséquent, et il est souvent monoposte, à moins d’investir dans des solutions qui sont plus coûteuses, quand elles sont proposées. Les logiciels à télécharger ont été la norme, jusqu’à ce que petit à petit, les logiciels en ligne soient venus les remplacer. Il faut dire que leurs avantages sont nombreux.

Les logiciels en ligne sont aussi appelés SaaS (software as a service) : ils sont installés sur des serveurs distants, et l’utilisateur y a accès soit gratuitement, soit en payant un abonnement. Ils ont l’avantage d’être accessibles depuis n’importe quel ordinateur, de respecter la protection des données, d’être mis à jour régulièrement en fonction de la législation, et d’être moins chers. Les experts-comptables apprécient généralement de bénéficier d’une pré-comptabilité claire et aux normes.

Quels sont les différents types de logiciels de comptabilité ?

Même si, à l’origine, le terme "logiciel de comptabilité" était employé pour les solutions dédiées au service comptable, l’expérience a montré que de nombreux entrepreneurs utilisent des logiciels qui traitent de pré-comptabilité. On utilise généralement aujourd’hui le même terme pour les activités relevant de ces deux activités.

Vous pouvez donc opter pour un logiciel en ligne, un logiciel à télécharger ou un ERP. Mais quelles sont les différences ?

Les SaaS

De nombreux logiciels de comptabilité font en réalité ce que l’on appelle des opérations pré-comptables : ils vous offrent de l’autonomie et une automatisation des tâches dans la gestion de la partie la plus fastidieuse de votre exercice. Mais en bout de chaîne, c’est l’expert-comptable qui produira le bilan et le compte de résultat.

Ils sont ce que l’on appelle des Saas, et se développent en nombre depuis une dizaine d’années. Ils sont généralement lancés par des start-up et axent leur développement sur une réponse 100 % en ligne. Ils sont simples, ergonomiques, ont des mises à jour automatiques et permettent facilement de générer des devis, des factures, de suivre les encours ou encore de déclarer la TVA. Ils sont plutôt axés sur les indépendants, les professions libérales et les TPE, à l’instar de ZEFYR ou Quickbooks.

Les logiciels à installer

D’autres logiciels vont au bout du processus : ce sont, par définition, des logiciels comptables.

Les différents modules d’un logiciel de comptabilité permettent de gérer différents aspects de l’exercice : l’édition des devis, des factures, le suivi des fournisseurs, des notes de frais, etc. Une connexion bancaire offre un suivi des flux de trésorerie et facilite le traitement de la plupart des tâches.

C’est grâce aux saisies comptables et au plan comptable que certains logiciels peuvent éditer le bilan comptable, le compte de résultat et tous les documents exigés par les différents statuts juridiques : gestion des immobilisations, envoi de liasses fiscales, gestion avancée des stocks ou stratégie financière.

Le logiciel doit pouvoir éditer un Fichier des Écritures Comptables (FEC) : c’est ce document que l’administration fiscale réclame lorsqu’elle procède à un contrôle. Le FEC regroupe en un document les différentes informations comptables :

  • code et libellé du journal de l’écriture comptable ;
  • numéro, libellé, lettrage et date de validation de l’écriture comptable ;
  • date de lettrage ;
  • date de comptabilisation de l’écriture comptable ;
  • numéro de compte et du compte auxiliaire ;
  • libellé du compte et du compte auxiliaire ;
  • montant au débit et au crédit ;
  • identifiant de la devise.

Lors de sa première intervention, le vérificateur de comptabilité doit pouvoir avoir en sa possession le FEC sur un support physique (clé USB, disque dur externe, CD, DVD, etc.)

C’est logiciels sont plus chers, plus lourds à installer, mais plus complets et s’adressent plus volontiers aux PME. Citons par exemple Sage 50c Ciel ou Cogilog Compta.

Les ERP

Les ERP sont aussi appelés progiciels de gestion intégrée. Ils sont constitués de modules qui couvrent chacun un aspect de la gestion entrepreneuriale, comme la comptabilité, le CRM, le marketing ou la logistique. Ils sont plus complexes, mais plus complets et offrent une visibilité à 360° de l’entreprise. Ces solutions s’adressent plutôt aux ETI ou aux GA : une gestion globale est nécessaire dans une entreprise dont le niveau de développement est conséquent. C’est le cas du logiciel EBP, qui propose trois formules, dont une sur devis.

C’est à vous de voir, en fonction de votre entreprise et de ses besoins, quel type de logiciel vous conviendra le mieux. Faites attention, votre entreprise peut évoluer, n’oubliez pas de prendre cela en compte.

Quelles entreprises utilisent un logiciel comptable ?

Les solutions en ligne éditent de nombreuses versions dédiées à un certain type d’entreprise. C’est notamment le cas des autoentreprises, des professions libérales et des associations, qui peuvent avoir accès à des logiciels dédiés, sur-mesure et à moindre coût. En effet, ce type d’entreprise a un statut juridique qui impose des mesures comptables beaucoup plus légères à mettre en place.

Par ailleurs, toutes les entreprises peuvent bénéficier de l’avantage de l’utilisation de telles solutions. Les dirigeants de TPE et PME, qui ont rarement un service comptable, peuvent traiter leurs données eux-mêmes grâce à ce service. Le service comptabilité d’une ETI ou d’une grande entreprise utilise désormais de façon courante ce type de service afin d’automatiser certaines tâches, et de se concentrer sur celles qui demandent un réel savoir-faire.

Les critères pour choisir un logiciel de comptabilité ?

Les fonctionnalités

La gestion commerciale et la facturation sont ce que l’on attend avant tout d’un logiciel de comptabilité. Lorsque celui-ci est couplé à un CRM, les devis et factures sont automatisés, et vous pouvez même, dans certains cas, suivre la gestion de vos stocks. Vous tenez votre comptabilité et transmettez vos données à un expert-comptable, qui réalisera votre bilan comptable, votre compte de résultat et votre annexe générale facilement, grâce aux données que vous lui aurez transmises au fur et à mesure.

Au-delà d’un logiciel de facturation et de gestion des stocks, vous pouvez avoir besoin d’autres fonctions, comme de pouvoir manier un outil de gestion de trésorerie. Demandez-vous en premier lieu ce que sont vos besoins, cherchez les logiciels qui répondent à ces besoins, et choisissez après études de ces différentes solutions.

Les fonctionnalités des logiciels de comptabilité peuvent varier d’une édition à l’autre, même si l’essentiel du tronc commun fait référence. Voici celles qui sont généralement attendues :

  • édition de devis ;
  • synthèse des ventes;
  • édition de factures d’achat et de vente ;
  • gestion des dépenses et recettes ;
  • enregistrement des notes de frais;
  • export des écritures comptables ;
  • gestion du plan comptable ;
  • accès hors ligne ;
  • possibilité d’import et d’export comptable ;
  • messagerie et alertes ;
  • établissement de déclaration fiscale;
  • édition de journaux ;
  • synchronisation bancaire;
  • gestion de la trésorerie prévisionnelle.

D’autres fonctionnalités sont spécifiques à certains logiciels :

  • saisie manuelle dans un journal ;
  • saisie des frais kilométriques;
  • édition des fiches de paie;
  • génération de la DNS;
  • suivi et relance des factures impayées;
  • gestion des avoirs et des bons de livraison;
  • gestion automatisée de la TVA ;
  • gestion des stocks ;
  • intégration des relevés de banque ;
  • récupération automatique des factures d’achat ;
  • attachement de justificatifs ;
  • lettrage des débits et crédits.

Les paiements par l’intermédiaire de plateformes dématérialisées, quand ils sont proposés, permettent de régler des factures, et d’intégrer directement ces mouvements à votre comptabilité. Les lettrages et le rapprochement bancaire sont ainsi automatisés pour des échanges totalement sécurisés.

Pour les entreprises qui font leur comptabilité de bout en bout, il est important de pouvoir gérer les opérations suivantes :

  • édition du bilan comptable ;
  • grand livre;
  • comptabilité analytique;
  • balance analytique;
  • déclaration de TVA ;
  • édition du compte de résultat ;
  • édition des livres comptables.

Certains logiciels permettent de personnaliser les documents et, lorsque c’est le cas, de façon plus ou moins intuitive (macompta.fr offre de bons résultats dans ce domaine).

Le statut juridique de votre entreprise

C’est le statut juridique de votre entreprise qui conditionne les opérations comptables que vous serez dans l’obligation de réaliser. C’est pourquoi certains logiciels sont dédiés aux autoentrepreneurs ou aux associations : leurs statuts juridiques sont moins contraignants que ceux des entreprises telles que les SAS ou les SARL, et encore moins que ceux des SA. Veillez donc à choisir un logiciel calibré pour le statut juridique de votre entreprise.

À noter : il faut savoir que le régime d’imposition auquel vous êtes soumis conditionne souvent votre type de comptabilité. Une comptabilité de trésorerie fonctionne grâce aux flux bancaires, et est grandement facilitée par un outil de synchronisation bancaire. Ce n’est pas le cas pour une comptabilité d’engagement, qui repose sur la gestion des factures.

La taille et l’organisation de la société

Suivant la taille et l’organigramme de votre entreprise, la prise en charge de votre comptabilité sera plus ou moins complexe. Si vous disposez d’un expert-comptable, voire d’un service comptabilité, la réalisation de ces exercices ne sera pas à la charge du chef d’entreprise, par exemple.

Le volume de vos commandes, va influer sur le nombre de devis, de factures à effectuer, de commandes auprès des fournisseurs à traiter. Votre masse salariale va peser sur la gestion des notes de frais. Si les limites d’usage de votre logiciel sont dépassées, le tarif de votre abonnement peut grimper : ces éléments sont à prendre en compte en amont, et il peut être bien, dès le départ, d’envisager la croissance de votre entreprise, et d’étudier les variables qui feront évoluer le prix de votre logiciel.

Une ETI ou une grande entreprise pourra avoir besoin de solutions spécifiques que tous les logiciels ne pourront pas apporter : il faudra se tourner vers des formules haut de gamme (Selfmed, Ipaidthat ou EBP par exemple), vers un logiciel à télécharger, voire un ERP. Certaines solutions sont paramétrables et plus ou moins sur-mesure.

Enfin, que votre entreprise soit un e-commerce, un restaurant ou une société du bâtiment, vos besoins ne seront pas le mêmes. À chaque secteur d’activité correspond un type d’outil spécifique : logiciel CRM, connexion à un logiciel de caisse, suivi de chantier, etc.

Le type de logiciel

Comme nous l’avons vu, il y a une différence entre les logiciels classiques et les logiciels en ligne. Les logiciels classiques sont téléchargeables, bénéficient d’une longue expérience de fonctionnement, mais leurs mises à jour sont souvent payantes et les versions compatibles Apple assez rares.

Les logiciels en ligne sont souvent plus abordables, plus ergonomiques, et se mettent à jour automatiquement. Un autre de ses avantages, et non des moindres, est que vous pouvez le consulter n’importe où.

Vous l’avez compris, notre préférence va aux logiciels en ligne comme Quickbooks, Sinao et ZEFYR, dont la facilité d’utilisation et la mise à jour continue permettent de travailler en étant en accord avec les dernières normes.

L’ergonomie

Les chefs d’entreprise qui sont à la recherche d’un logiciel de comptabilité veulent généralement que son utilisation soit simple : ils ne sont pas experts-comptables. C’est un critère important, et notre avis peut vous apporter un éclairage. Certains logiciels offrent une formation permettant d’appréhender leur interface, mais celle-ci peut avoir un coût. Simple ou complexe, un logiciel de comptabilité se doit d’être ergonomique, et pour vous faire une idée, vous pouvez vous inscrire aux versions d’essai proposées par les éditeurs.

Quoi qu’il en soit, sachez que les éléments principaux qui rendent un logiciel de comptabilité ergonomique sont sa facilité d’utilisation, la qualité de son design et son tableau de bord. N’oubliez pas la qualité et la réactivité du support technique qui est essentielle à une expérience satisfaisante de la prise en main du logiciel. Freebe et Pennylane ont des interfaces qui répondent à tous ces critères, Cegid beaucoup moins.

Le prix

Avec des tarifs mensuels qui varient de 0 à 129,00 € HT, les logiciels ne prennent pas tous la même place dans votre budget. Cependant, il est conseillé d’étudier le détail des prestations, car time is money et il vous faut estimer le temps que vous fera gagner tel ou tel logiciel.

Un logiciel de comptabilité doit vous faire gagner du temps, c’est l’une de ses promesses. Combien de temps vous fait-il gagner ? Combien vaut votre temps ? En répondant à ces questions, vous pourrez estimer la valeur de ce logiciel et le comparer à d’autres, en pensant au long terme, à votre développement et aux options proposées.

Enfin, n’oubliez pas que la plupart des logiciels proposent des essais gratuits et même des versions gratuites. Et si vous sautez le pas, vous pouvez souvent choisir entre différents abonnements (ZEFYR en propose 4).

La protection des données

Les logiciels de comptabilité sont configurés de manière à respecter la protection des données : c’est une obligation légale et la plupart d’entre eux vous informent sur la sécurité.

Vérifiez aussi que la solution envisagée vous donne la possibilité de consulter vos données et d’avoir la main sur les sauvegardes programmées. Les données doivent être chiffrées pour répondre aux normes en vigueur. Les logiciels de comptabilité font de la protection des données leur cheval de bataille, il est donc assez facile d’obtenir ces renseignements en joignant leur service client ou en consultant leur site Internet.

Enfin, les logiciels de comptabilité offrent des solutions de stockage dont la géographie dépend généralement du siège social de l’éditeur. La meilleure solution reste toujours de bénéficier de plusieurs lieux de stockage, mais ceci est généralement optionnel et réservé aux entreprises dont le chiffre d’affaires est conséquent.

Les sauvegardes

La protection des données de comptabilité est essentielle. Et premier lieu, il est primordial que ces données sensibles ne se perdent pas. Une sauvegarde automatique en ligne est une solution souvent privilégiée par les logiciels. Vous pouvez ainsi les récupérer quand vous le souhaitez et cette possibilité peut s’ajouter à une sauvegarde locale sur disque dur interne ou externe.

Les logiciels à télécharger sauvegardent généralement en local, mais vous avez de plus en plus là aussi la possibilité de sauvegarder sur le Cloud, avec des solutions tierces.

En tout état de cause, il est clairement admis que les données sensibles, et les données de comptabilité en sont un bon exemple, devraient être sauvegardées de façon automatique, régulière, et surtout sur au moins deux supports (par exemple sur le Cloud et sur votre disque dur externe). Rappelons à ce sujet qu’une sauvegarde sur SSD est beaucoup plus sécurisée que sur un disque dur.

À votre comptabilité, s’ajoutent les fiches de paie et autres fichiers sensibles. Des logiciels comme Sage ou EBP ne s’y sont pas trompés et ont des offres Cloud pour pallier ce problème, issu de la dématérialisation et de l’accumulation des données numériques. Ces solutions permettent la télétransmission des fichiers.

En plus de ces différentes possibilités, certaines start-up proposent des offres dédiées à la sauvegarde en ligne automatisées et sécurisées.

Le nombre d’utilisateurs possibles

Certains logiciels autorisent un nombre d’utilisateurs illimité (Sinao, Sage, macompta.fr), d’autres un nombre limité (iTool, Quickbooks). Ces utilisateurs peuvent bénéficier d’un accès par tâche, par poste ou par domaine d’activité. Il faut créer et personnaliser les comptes de chaque utilisateur. Les tiers auxiliaires auront accès uniquement aux modules nécessaires à leur activité. Il est même possible de créer des accès en lecture seule sur certains logiciels.

Pour préparer les clôtures de comptes, il peut être possible d’exporter les données et de les destiner à un expert-comptable en gérant l’ouverture et la clôture de l’exercice comptable. En mode "hors ligne", les comptes peuvent être consultés mais il est impossible de modifier les écritures ou d’en inscrire de nouvelles.

Présence d’une application mobile

Certains logiciels bénéficient d’une application mobile. C’est le cas de Quickbooks et Sage qui vous permettent de gérer votre comptabilité en nomade : sur une tablette ou un téléphone. La synchronisation se fait automatiquement et la sauvegarde sur le Cloud protège vos données.

Bon à savoir : Votre expert-comptable a un devoir de conseil, demandez-lui quel logiciel il utilise et quel logiciel il peut vous conseiller.

Le logiciel de comptabilité est-il obligatoire ?

Non, la loi n’impose pas d’avoir recours à un logiciel de comptabilité. Cependant, cette solution comporte tellement d’avantages en termes de sécurité et de gain de temps, c’est un outil qui facilite tant la communication entre les différents acteurs d’une entreprise, que nombreux sont ceux qui ont fait ce choix. Même les auto-entrepreneurs, qui ont une comptabilité relativement simple à mettre en place, utilisent les logiciels comptables en raison de leurs prix modiques et de leur facilité d’utilisation.

L’alternative reste la collaboration avec un expert-comptable. Un bon compromis consiste à réaliser la pré-comptabilité à l’aide d’un logiciel, et de confier la réalisation du bilan comptable et le compte de résultat à votre expert-comptable. En revanche, il est déconseillé de réaliser votre comptabilité seul sur Excel : ce logiciel ne fige pas les mouvements comptables. En cas d’erreur, le service des impôts pourra soupçonner une fraude, et vous aurez du mal à vous défendre.

Si votre entreprise réalise sa comptabilité à l’aide d’un logiciel en se passant d’un expert-comptable, choisissez une solution capable d’envoyer un FEC (fichier des écritures comptables). Comme nous l’avons vu précédemment, ce type de fichier répond aux normes fiscales, et tous les logiciels ne proposent pas ce type de service. Et pour cause, il n’est pas utile en pré-comptabilité, ni pour les auto-entrepreneurs.

FAQ

Quel est le prix d’un logiciel comptable ?

Le prix d’un logiciel comptable en ligne est soumis à un abonnement. Il peut être gratuit (c’est le cas de KoalaME ou Sinao) et peut coûter jusqu’à 129,00 € HT (Ipaidthat). Les abonnements se situent en général entre 10,00 € HT et 40 € HT. Les logiciels classiques vendent des licences qui coûtent environ 300 HT.

Le logiciel comptable est-il obligatoire ?

Un logiciel comptable n’est pas obligatoire, mais il permet de gagner du temps et d’éditer des documents qui respectent les normes en vigueur en termes de fiscalité. Cette solution est grandement conseillée, surtout si votre entreprise déploie un chiffre d’affaires conséquent.

Comment bien choisir son logiciel comptable ?

Pour choisir son logiciel comptable, il faut prendre en compte le statut juridique de son entreprise, sa taille et son secteur d’activité. Si vous devez éditer des bilans comptables, des comptes de résultat, des livres comptables, et que vous n’avez pas d’expert-comptable, envisager les logiciels les plus complets.